Quelle eau choisir pour sa santé?

Quelle eau choisir pour sa santé?

On nous raconte que l’eau du robinet est potable donc buvable, et qu’elle serait sans danger pour notre santé. Il « suffirait » de carafer l’eau pour que les polluants s’évaporent..

Cependant, à l’été 2019, on découvrait que l’eau de certains départements avait été contaminée au tritium, un composé radioactif issu des centrales nucléaires. Sans risque, donc ..?

Les eaux en bouteille, elles, sont régulièrement soumises à analyse par les associations de consommateurs. Il reste encore pourtant sur certains échantillons des traces d’herbicides et d’autres polluants !

Les autorités officielles et les industriels ont beau essayer de nous rassurer sur le fait que:

  • Les micro-plastiques des emballages (PET) seraient inoffensifs
  • Les bouteilles ne libéreraient pas de dioxine lorsqu’elles sont exposées à la chaleur
  • Les bouteilles en PET ne représenteraient « que » 0,8 % du poids des déchets ménagers
  • …donc n’aggraveraient pas la pollution des océans…

….le doute est là!

Et nous sommes nombreux à faire face à ce dilemme. Comment concilier les litres d’eau qu’on doit boire pour notre santé tout en protégeant la planète ?

Je vous livre mon avis et mon conseil sur la question.

Rappel sur l’importance de l’eau pour notre santé

En moyenne, le corps humain contient 55% d’eau, soit pour un homme adulte moyen environ 48 litres. Les poumons contiennent 90% d’eau, la peau 80% et le sang 82%.

L’eau exerce de nombreuses actions bénéfiques, parmi elles :

  • Régulation de la température du corps via la transpiration
  • Effet diurétique et laxatif : excrétion des déchets sous forme d’urine et stimulation du péristaltisme
  • Stimulation du métabolisme : en devenant sang ou lymphe, l’eau apporte nutriments et oxygène aux cellules, emporte les déchets, améliorant le métabolisme
  • Effet de désintoxication et de dilution : elle neutralise ou dilue les substances toxiques qui ont pénétré dans l’organisme (d’où le conseil de boire beaucoup d’eau le lendemain d’une soirée « arrosée »)
  • Effet sur la circulation du sang : en maintenant le sang à une densité adéquate, l’eau facilite la fluidité de la circulation et permet de prévenir les maladies liées à une mauvaise hygiène de vie
  • Elle règle la tension artérielle, protège les articulations et les organes

Notre organisme a besoin de 2,5 l d’eau par jour (1.6 l pour les enfants). La boisson seule (eau, café, tisanes, soupes, jus) devrait en apporter 1 à 1.5 l – environ 8 verres . Le reste provient d’aliments riches en eau (fruits et  légumes notamment : la pastèque, le concombre, la courgette, la tomate sont ceux qui sont le plus riches en eau).

Conseils sur la consommation d’eau de boisson

  • Boire régulièrement à petites gorgées, ne pas attendre d’avoir soif pour boire
  • Privilégier l’eau plate à température ambiante, l’eau glacée pouvant perturber la digestion
  • Toujours s’hydrater au réveil
  • Augmenter sa consommation d’eau en cas de chaleur, fièvre, en altitude et lors de la pratique d’un sport

Le mythe lié aux minéraux contenus dans l’eau

Contrairement à ce qu’on peut entendre dire ou lire (même dans des revues soi-disant « santé » !), les minéraux de l’eau ne sont d’aucune utilité pour le corps. Ils sont « inorganiques » c’est-à-dire qu’ils ne pénètrent pas dans les cellules. En revanche ils vont venir se loger dans les tissus, sur la paroi des artères ou dans les organes. Ce qui provoque des calcifications et des calculs de toute sorte.  De plus, ils surchargent la fonction rénale.

Les seuls minéraux que le corps peut utiliser sont les minéraux organiques, apportés par les aliments. Si votre alimentation est équilibrée, bien sûr!

Si vous êtes déminéralisé = si vous manquez de minéraux dans le corps ( calcium, potassium, magnésium), le fait de boire beaucoup d’eau sera encore plus inutile. En effet vous ne la fixerez pas (vous le constaterez en voyant vos urines qui seront très claires). Même pire,  vous ferez de l’œdème car l’eau restera stockée dans les cellules.

Les différentes eaux de boisson

L’eau en bouteille

Donc du fait de leur caractère inorganique, les eaux minérales (= riches en minéraux donc) ne combleront pas vos déficits. Même si le message marketing veut vous faire croire le contraire ! Si vous lisez attentivement les étiquettes, vous verrez que certaines marques ont un résidu à sec (la quantité de résidus de minéraux après évaporation) de 350 mg/l. Alors que la quantité acceptable pour la santé humaine serait de 50 ml/l. Mais c’est une mention que personne ne regarde jamais sur les emballages. Les résidus secs doivent être le plus faible possible.

Consommer de l’eau en bouteille pose aussi un problème pour la planète. Du fait du grand nombre de bouteilles en plastique à recycler et du bilan carbone catastrophique (en moyenne 300 km de sa source à la bouche du consommateur). Mais ce qui s’avère le pire, c’est qu’on retrouve des perturbateurs endocriniens dans les plastiques utilisés.

Si vous devez consommer de l’eau en bouteille, je vous recommande de privilégier les eaux de source pauvres en minéraux (Mont Roucous) ou les eaux de montagne (Mont Blanc).

L’eau du robinet

L’eau du réseau (public ou privé), qu’on appelle communément eau potable ou eau « du robinet », qu’elle soit utilisée en agriculture, pour les eaux de baignades ou en tant que boisson pour les animaux et les humains, pose plusieurs problèmes.

L’eau du robinet dite « potable » contient, selon les régions, de nombreux polluants et contaminants : perturbateurs endocriniens (mis en cause dans les cancers du sein notamment), antibiotiques, engrais, pesticides, fongicides, herbicides, solvants, hormones de croissance, des micro-organismes pathogènes tels que des chlamydias, des parasites, des éléments radioactifs : radium, strontium 90, plutonium.

Elle contient aussi des métaux lourds et de nombreux minéraux inorganiques.  

Cette eau n’est pas bio-compatible. C’est à dire qu’elle n’est pas adaptée au vivant car elle obéit à des normes qui ne sont pas pertinentes. En voici les raisons:

  1. Sur les 5000 ou 1 0000 toxiques qui existent, on ne teste « que » une cinquantaine de polluants (métaux lourds, toxiques..). Par exemple, les résidus de médicaments ne sont pas pris en compte !
  2. Les seuils de toxicité des polluants testés ont été déterminés soit par rapport à des expériences sur les animaux (rats) et non sur des cultures cellulaires vivantes, soit par empirisme. Prenons deux exemples: on sait que pour le plomb, une très petite dose va être dangereuse pour l’homme (« la dose fait le poison « ). Par contre, dans le cas des perturbateurs endocriniens présents à faible dose,  il est impossible d’établir un seuil de dangerosité. Pour pouvoir afficher un seuil de toxicité, on procède donc à des calculs aléatoires. Ce qui ne peut pas refléter la réalité.
  3. Enfin on ne tient pas compte de la synergie entre les différents polluants lorsqu’on établit ces seuils individuels.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de Yann Oliveaux dont j’ai résumé les recherches.

Quelles sont les méthodes pour obtenir une eau « pure » ?

Étape n°1, que je vous conseille, est de vous procurer un testeur d’eau. Ça coûte une dizaine d’euros sur Amazon. Vous allez pouvoir ainsi mesurer la quantité de polluants et toxiques de votre eau du robinet. Au sujet de l’utilisation du testeur, voir l’excellente vidéo sur le distillateur d’eau Megahome.

Filtrer l’eau

Les carafes filtrantes

Elles associent généralement dans leurs petites cartouches du charbon actif et des résines échangeuses d’ions.

Avantages:

Le charbon actif retient le chlore et une partie des résidus de pesticides.

Les résines captent une partie du calcium pour le remplacer par du sodium (comme dans les adoucisseurs), certains métaux comme le plomb ou une partie des nitrates.

Inconvénients:

Les tests réalisés par « Que Choisir » et « 60 millions de consommateurs » ont montré une bonne efficacité pour le chlore et les mauvais goûts. Mais des résultats irréguliers ou assez peu probants sur les autres critères.

De plus les cartouches peuvent relarguer des bactéries ou des particules issues du charbon actif ou des résines lors de leur mise en route et en fin de cycle. Certaines carafes enrichissent l’eau en éléments indésirables : phtalates, sodium ou sels d’argent (utilisé comme antibactérien).

Les filtres de robinet

Ils ont une durée de vie de deux à six mois et sont un peu plus efficaces.

L’osmose inverse

Son système de filtrage très fin ne laisse passer que les molécules d’eau. On peut donc équiper son domicile d’osmoseurs, des appareils à placer sous l’évier pour filtrer l’eau. Il y en a d’assez bon marché dans le commerce.

On peut aussi aller chercher son eau en libre-service dans certains magasins bio.

Inconvénients:

Le débit est faible et l’appareil complexe.

De surcroit, la plus grande précaution s’impose avec cette technique. Car il faut nettoyer les filtres pour ne pas qu’ils deviennent des nids à bactérie.

L’autre problème de cette méthode est qu’il faut 3 à 7 fois plus d’eau pour obtenir un litre d’eau pure. C’est donc par conséquent un désastre écologique. 

C’est donc une technique à réserver à ceux qui sont touchés par les pollutions agricoles environnantes ou dont l’eau présente des dépassements de normes de pollution.

L’eau distillée

La meilleure façon d’enlever les poisons de l’eau est en la distillant.  

L’eau distillée est la seule eau qui peut être absorbée par le corps sans endommager les tissus.

La distillation est le seul système de purification qui enlève la plus grande variété de contaminants. Ce procédé permet de supprimer 99,8 % des résidus toxiques.

La distillation reproduit le cycle naturel de l’eau : évaporation, condensation, puis précipitation.

Le must du must serait la distillation par gravité avec des matériaux frittés comme le système de filtration Berkey. Ce système est extrêmement performant. Mais il est très coûteux – environ 300€ – en revanche il devient vite rentable puisqu’on n’achète plus d’eau en bouteille.

Un peu moins cher le Megahome dont vous avez dû voir la vidéo plus haut (249€). Regardez au moment des soldes sur le site de Regenerescence pour faire baisser la note. Mais ça vaut vraiment le coût à l’usage.

Conclusion pour boire de l’eau sans risque pour sa santé

Partir de l’eau du réseau. Si elle n’est pas trop calcaire (car le calcaire va obstruer les appareils). Sinon prendre de l’eau de pluie. Puis la distiller avec l’appareil de votre choix..  

Selon Nathalie Gaillard, naturopathe, que je cite : « Attention toutefois, des règles s’imposent pour une consommation quotidienne d’eau distillée. En effet, l’eau telle qu’on la récupère dans la carafe après distillation possède un pH légèrement acide. Cela lui confère des propriétés détoxifiantes. Si ces propriétés peuvent être intéressantes de manière ponctuelle – pendant une cure détox par exemple- il est important, pour la consommer quotidiennement sans danger, en particulier pour les enfants, d’informer l’eau et de la dynamiser pour lui redonner vie ».

Elle suggère de dynamiser l’eau distillée avec un bouchon de plasma de Quinton, quelques gouttes de jus d’un fruit frais (citron) ou de jus de légume, de chlorophylle ou de spiruline liquide. Tout ce qui permettra de redonner une information minérale à l’eau sera adapté. On peut donc utiliser une fleur de vie, inscrire des mots positifs sur la bouteille, choisie en verre bleu de préférence, créer un tourbillon/vortex… et surtout y mettre plein de belles intentions.

Tchin Tchin!

Si vous avez besoin de conseils personnalisés, je suis à votre écoute rubrique « Contact« 

Laisser un commentaire