Comment expliquer la hausse des cancers infantiles ?

Comment expliquer la hausse des cancers infantiles ?

Vous qui me connaissez un peu désormais, vous savez que ce qui me touche le plus dans la vie, ce sont les enfants. Lorsque je suis confrontée, via les réseaux sociaux, à la douleur de parents qui perdent un enfant trop tôt d’un cancer, je m’interroge.

Quelle est l’explication de la hausse des cancers infantiles depuis quelques années, + 13% en 20 ans ? Bien évidemment, à l’inverse des adultes, ça ne peut pas provenir de leur propre hygiène de vie vu leur âge. Comment prévenir, accompagner et mettre fin à ce phénomène de manière naturelle ?

Les chiffres des cancers infantiles en 2019

Le sujet est grave.

Chaque année 2 500  enfants de 0 à 15 ans sont diagnostiqués d’un cancer en France, et 500 en meurent. C’est plus d’1 par jour !

Certaines tumeurs sont soient incurables soient laissent des séquelles à vie. C’est le cas du glioblastome, une tumeur du cerveau. Celle qui a tristement emporté, en deux mois, le 8 octobre 2018 Augustine, une jolie petite fille de seulement 4 ans !  

Cette tragédie m’a bouleversée, comme elle a bouleversé des milliers d’autres parents. Ceux-là mêmes qui se battent avec les associations pour faire avancer la recherche et trouver des financements. Je mets d’ailleurs le lien de deux associations qui me tiennent à cœur et que vous pouvez aider si vous le souhaitez: https://www.wonderaugustine.fr/ et https://www.evapourlavie.com)

A titre plus personnel, cela ravive une profonde douleur qui a touché plusieurs de mes proches de près. Et ça m’est insupportable, car je crois qu’on peut l’éviter!

Savoir comment traiter le symptôme chimiquement ne m’intéresse pas vraiment. Même s’il y a heureusement des cas de guérison avec la médecine classique (et tout autant d’effets collatéraux).

Je m’attache essentiellement – comme vous le savez désormais – dans mes réflexions et mes démarches à rechercher les causes. Je ne suis pas la seule. Beaucoup de parents confrontés au cancer de son enfant voudraient aussi connaitre les causes. Mais comme me le disait très justement une maman, cette quête finit par passer « après ». Face à la maladie, leur seul espoir est que, avec ou sans séquelles, « leur enfant ne meure pas ». Peu importe la cause, il y a un moment où ça ne compte plus. Beaucoup de paranges (des parents qui ont vécu le deuil de leur petit ange) ont oublié leur mode de vie de la période pré-natale ou ne veulent pas s’en souvenir.

Et cela est parfaitement compréhensible. Je pense que si chacun comprenait le fonctionnement du corps humain et prenait conscience de sa responsabilité au niveau de la santé, bien des maladies pourraient être évitées.

Voici dans cet article le fruit de ma réflexion, après recherches, lectures et analyse personnelle.

L’empoisonnement collectif met à mal notre système immunitaire

Selon un grand naturopathe américain, le Dr. Morse, les êtres humains sont aujourd’hui plus toxiques et affaiblis qu’ils ne l’ont jamais été par le passé. Le système immunitaire est maintenant à un niveau historiquement bas. Ceci est dû à la transmission génétique et au mode de vie des humains.

Lorsque que le monde inocule, respire et consomme autant de toxiques que sont les vaccins, la pollution, les métaux lourds, les perturbateurs endocriniens, les OGM, les hormones, les déchets toxiques dans les cours d’eau, les ondes électromagnétiques, les radiations etc., des faiblesses ou maladies chroniques et dégénératives apparaissent, même chez les nourrissons.

Nos corps physiques sont ravagés par la maladie.

Selon une étude du Natural Resources Defense Council, 85 000 produits chimiques synthétiques font l’objet d’un usage commercial. Nombre d’entre eux sont connus pour être cancérigènes et provoquer des dégâts aux cerveaux et aux systèmes nerveux et reproductifs. Chaque individu, nanti ou non, ingère plus de 60 kg de produits chimiques par an. Dont quotidiennement plus de 10 pesticides différents!
Rajoutez à cela:

  • la pauvreté voire la toxicité de nos sols qui rend nos végétaux pauvres en nutriments
  • la façon dont les viandes et poissons que nous mangeons sont nourris: à base de maïs transgénique au lieu d’herbe ou de luzerne
  • la surconsommation de calories « vides » : sucre, céréales raffinées, laitages, additifs alimentaires, produits transformés
  • les médicaments que nous surconsommons
  • le stress
  • ce que l’on met sur notre peau : les produits de soin mais aussi les vêtements neufs qui sont traités avec des produits très toxiques ou nettoyés à sec
  • les ustensiles que nous utilisons pour cuisiner (aluminium, téflon)
  • les emballages en plastique ou en alu que nous consommons largement (barquettes, film alimentaire, boites avec équivalent au bisphénol, capsules de café etc.).

Notre système immunitaire ne peut pas traiter un tel fardeau !

Pollution environnementale

Des études épidémiologiques approfondies font désormais le lien entre leucémies/lymphomes et pesticides agricoles, exposition aux UV et aux lignes à haute tension pendant la grossesse.

Trop d’ingestion, pas d’élimination = intoxication

Nous passons notre temps à ingérer, mais nous n’éliminons plus rien. Nous sommes fatigués, constipés, nos intestins sont devenus poreux, nos foies congestionnés, notre peau réagit à tout , nos poumons sont saturés, des caillots sanguins ou rénaux se forment un peu partout dans notre organisme. Et notre lymphe est tellement dépassée par tous les déchets à traiter qu’elle sature elle aussi !

C’est là qu’apparaissent les ennuis car chaque génération s’affaiblit de plus en plus au lieu de se renforcer.

Les généticiens disent que nous portons dans notre corps et notre psyché l’héritage de 4 générations précédentes.

Lorsque les organes ou les glandes sont hypo-actifs du fait de la génétique, de l’inflammation et/ou de la toxicité, des déséquilibres et des maladies en découlent.

Dans des organismes si intoxiqués, comment des cellules d’embryon puis de fœtus pourraient arriver à maturation ?

Les cancers pédiatriques sont différents de ceux rencontrés chez l’adulte dans le sens où ils touchent des organismes en plein développement et atteignent des tissus en cours de maturation: des tumeurs sur ce qui se construit en premier in utero chez l’embryon dans l’ectoderme (lymphe, système nerveux central, os et tissus mous).  Vous pourriez me répondre : « oui, mais les progrès de la science font que l’on sait en guérir un certain nombre (plus de 80% actuellement contre 30% il y a 30 ans) ! »  Je suis d’accord. Mais est-ce une solution enviable que d’emmener votre enfant en chimiothérapie (ou en radiation) toutes les semaines? Sachant que ceci va venir détruire toutes les cellules, les bonnes comme les défectueuses? Sachant que votre enfant va vomir, perdre ses cheveux, avoir des nausées, des diarrhées à se tordre le ventre… Qu’il sera en aplasie, vulnérable à tout, en chambre stérile dans un hôpital…au lieu de jouer avec des enfants dans une cour de récréation.

Sans semer la panique ni culpabiliser les familles, j’ai quand même envie de dire: « Réveillez-vous ! Sortez de cet « état léthargique » où vous vous laissez empoisonner sans rien faire, ne restez plus dans l’ignorance ! RESPONSABILISEZ-VOUS ! Reprenez votre santé et celle de votre descendance en mains, ou il sera bientôt trop tard. »

Grâce à l’épigénétique, on sait désormais qu’il est possible d’agir sur l’expression de nos gènes avec un comportement et une hygiène de vie appropriés.

Joël de Rosnay, un des grands spécialiste de l’épigénétique synthétise cela ainsi : « Nous pouvons, par nos comportements, agir sur nos gènes en activant des molécules qui agissent comme des clés qui vont augmenter ou diminuer les effets de certains gènes transmis par l’hérédité ». Ce qui signifie que le cancer n’est pas une fatalité ( chez l’adulte 15 millions de cancers dans le Monde à ce jour, dont seulement 10% issus des gènes)..

Réparer les futurs générations: mes conseils aux futurs parents

  • Remplissons-nous, plutôt que d’aliments morts, industriels, ultra-transformés, bourrés d’additifs et de pesticides, d’amour, de gratitude, de partage, de don, d’énergie, de santé et de vitalité! Et bien sûr d’aliments vivants, non transformés, bios et vibrants.
  • Changeons notre perception de la vie, notre environnement, nos pensées (nous n’avons que 5% de pensées positives par jour!), notre attitude en nous levant le matin.
  • Combattons le stress

Pour le bien de la société dans laquelle nous vivons, nous devons commencer à soigner nos faiblesses et reconstruire nos cellules afin que les générations futures puissent vivre.

La Nature n’engendre jamais le faible.

Les naturopathes, qui pratiquent les méthodes naturelles ayant fait leurs preuves depuis plusieurs centaines de milliers d’années (la médecine chimique n’a, elle, que 125 ans) peuvent vous aider, dès votre projet de conception, à mettre toutes les chances de votre côté pour éviter d’avoir un jour à vivre le cancer de votre enfant. La naturopathie aide notamment à :

  • vous régénérer
  • renforcer votre terrain
  • retrouver santé et vitalité
  • vous expliquer comment ne plus transmettre vos faiblesses et vos modes de vie délétères aux générations suivantes

Nous pouvons également vous accompagner ou accompagner votre enfant malade afin que son organisme supporte mieux les traitements et puisse éliminer les toxiques de son organisme et de son environnement !

Contactez-moi si vous avez besoin d’aide

Je vous mets en lien ci-dessous l’excellente vidéo de Thierry Casasnovas qui illustre et complète le propos de cet article.

Pour en savoir plus, écoutez cette vidéo de Thierry Casasnovas

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et recevez gratuitement mon Guide PDF des 10 Aliments ( les 5 à consommer et les 5 à éviter absolument )




 

Laisser un commentaire